Matatoune V.

https://vagabondageautourdesoi.com/

Pourquoi ce titre « vagabonderautourdesoi »? Qu’on parte à l’autre bout du monde, au bout de notre rue, qu’on se concentre sur la lecture d’une phrase, à la vue d’un tableau, à l’écoute d’une musique, à la vue d’un film, d’une pièce de théâtre, etc. j’ apprends chaque jour un peu sur le monde et sur moi ! (…)

Conseillé par
8 juin 2024

L’essai Cimetière fantôme, Thessalonique rend compte de l’effacement de sépultures. Témoin historique, Martin Barzillai, aidé de Annette Becker et Katerina Kràlovà, documente avec ses photographies la recherche des fragments des tombes et y associe les réactions des rencontres qu’il a faits. À découvrir !
Chronique illustrée ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2024/06/04/jean-michel-mestres-continuez/

Manufacture de livres

Conseillé par
8 juin 2024

« Continuez sans moi » permet de redonner vie à des souvenirs entourant une jeune femme qui a choisi le suicide à vingt-huit ans, laissant son presque jumeau et sa famille seuls avec ses questions et une consolation difficile à trouver. Jean-Michel Mestres crée un récit intimiste, forcément très proche de son vécu, à la fois réflexions sur le décès des personnes qu’on aime et aide à renouer avec leurs souvenirs. Un récit très réussi !
Chronique illustrée ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2024/06/07/martin-barzilai-cimetiere/

Conseillé par
31 mai 2024

Valerio Varesi revient avec La Stratégie du lézard, une enquête du commissaire Soneti. Bougon, nostalgique, empêtré dans son pessimiste, il n’y a que la cuisine et le bon vin pour le sortir de sa torpeur mélancolique. Et cette douzième double et même triple enquête ne parviendra pas à inverser son ressenti, car La Stratégie du Lézard est un roman noir très réussi !
Chronique illustrée ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2024/05/27/valerio-varesi-la-strategie/

Les petites chansons communistes

Yann Madé

Jarjille éditions

16,00
Conseillé par
28 mai 2024

Colette Magny, Les petites chansons communistes, est une bande dessinée que Yann Madé prédit qu’elle ne devrait pas lui rapporter un euro ! Pourtant, il fallait bien réhabiliter une voix, qu’on disait chantante comme une noire dans le corps d’une blanche, pour ceux qui ne connaissent pas sa voix, étrange, chaude et pourtant complètement intransigeante et engagée !

Seulement, le parcours de cette femme engagée nécessitait une mise en lumière pour dépasser l’impression de sa chanson phare, Melicoton, qui cacha, pendant toute sa carrière, ses véritables engagements et ses convictions profondes.

Chronique illustrée ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2024/05/27/colette-magny-les-petites-chansons-communistes/

Conseillé par
27 mai 2024

« Il n’y a pas de guerre sans crimes de guerre » montre le premier thriller d’Éric Emeraux. Au moment où la Russie envahit l’Ukraine, le colonel Michel Granier-Rinocci dit Rhino découvre un charnier en Bosnie-Herzégovine. II est directeur de l’Office Central de Lutte contre les Crimes contre l’Humanité et les crimes de haine, en fait l’acronyme OCLCH.
Ancrée dans une réflexion plus vaste sur la nature humaine et ses pires dérives, la narration d‘Éric Emeraux se concentre sur la traque d’un criminel de guerre impuni des Balkans, auquel il est intimement mêlé.
Malgré tout, Quand l’abîme te regarde, « alors tourne-toi vers la lumière », susurre Rhino à notre oreille parodiant une citation de Nietzche. Alors, comme le rappelle Raymond Aron, cité par Éric Emeraux :« Peut-être la suprême vertu, en notre siècle, serait-elle de regarder en face l’inhumanité sans perdre la foi dans les hommes. » Sous le mode ludique, ce thriller nous y invite parfaitement !
Chronique illustrée ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2024/05/27/eric-emeraux-quand-labime/